Si les sages montrent la voie, nous devons nous-même parcourir le chemin.

Patrice Gros
Patrice gros

Quelques mots sur son fondateur
Mikao Usui

On a écrit beaucoup de choses à propos de Mikao USUI, peut-être tout et son contraire. Voici l’essentiel de ce que l’on retrouve dans bon nombre d’historiques le concernant.



Mikao Usui est né le 15 aout 1864 dans la province de Gifu située dans le sud du japon.
Il fréquenta plusieurs écoles et monastères bouddhistes orientés dans l’enseignement ésotérique (Tendai et Shingon entre autres). On retient de lui son statut de théologien érudit.
Il s’était fixé comme objectif de réaliser la synthèse de ses connaissances du bouddhisme ésotérique pour parvenir à la « codification » d’une pratique simple, agnostique et efficace pour répondre à la douleur, au mal de vivre, que l’on soit croyant ou non. Après des années de réflexion sans parvenir à ses fins, il entreprend en 1922 une ultime retraite de 21 jours sur le mont Kurama proche de Kyoto. Au terme de cette retraite, il fait l’expérience du « Satori » (illumination) et trouve enfin « la clef » qui reliait tout.


On dit que Mikao Usui a redécouvert le REIKI car sa source se trouverait dans les trésors des enseignements bouddhistes très anciens qu’il fallait décrypter, analyser et synthétiser pour en permettre la diffusion sous une forme adaptée à notre pensée moderne.
Le grand mérite qui lui revient c’est d’en avoir fait quelque chose de simple à utiliser sans être obligé d’embrasser la religion bouddhiste pour autant.
Dès 1922 après l’expérience du Satori il fonde une école de Reiki où il forme et entraine seize maitres-enseignants : Usui Reiki Ryoho Gakkai.
De nos jours ses enseignements ont été regroupés en 3 degrés : Shoden, Okuden et Shimpiden.
Aujourd’hui praticiens et bénéficiaires du Reiki devons nous réjouir que Mikao Usui ait initié des élèves qui par la suite ont diffusé le REIKI de par le monde. À chacun d’en faire le meilleur usage pour son bien et le bien d’autrui.

Mikao Usui était marié et père de deux enfants. Il succombe à une attaque cérébrale le 9 mars 1926 et est inhumé dans le cimetière du temple Saihoji, proche de Kyoto. En 1927, ses élèves lui érigeront une stèle lui rendant hommage.


Mireille Daugareil